Vous êtes ici : AccueilActivitésComptes-rendus de matchs02/02/18 - LES COPAINS D'ABORD 4 - 1 OSGL Rugby - SGO

Un sans génie...

img_0394_2013-02-04.jpg

Les nouveautés

02/02/18 - LES COPAINS D'ABORD 4 - 1 OSGL Rugby - SGO

Oui c’est vrai que j’ai mis du temps à l’écrire ce CR mais je fais ce que je veux. Si je veux même, je ne l’écris pas. Et si vous voulez que j’écrive plus vite, z’avez qu’à me filer du pognon, sans blague (fin de l’intro).

(Introduction de la métaphore principale associée au CR) Ce vendredi était à placer sous le signe de la boucherie. Sylvain Combes par exemple, avait toujours rêvé d’embrasser une carrière d’équarisseur.

Mais Kiki et Boni, à leur manière, ont rendu hommage à la filière.

(Présentation du contexte) Nous étions conviés pour affronter en grandes pompes et en petit short « Les copains d’abord », troupe de rugbymen post-jeunes mais pré-vieux, ce qui est d’emblée enquiquinant parce que nous on est quasiment post-vieux, limite grabataires. Par exemple, on avait tout de même emmené Guy, l’apothicaire, et son K-way rose. Tout cela présageait un combat déséquilibré. Mais avec notre technique de ouf ! Et notre créativité toute française, certains disent même que les Sans Génie seraient des anthropologues du french flair. Nous étions donc sereins, comme l’oiseau.

Le match se déroulait à Gerland, sur un terrain propice aux envolées rugbystiques et à la boucherie, un terrain en surface synthétique genre toile émeri.

(L’excuse de merde) La soirée a débuté très fort, avant même le coup d’envoi, avant même qu’on se change pour revêtir nos habits de lumière. Ce fut une question anodine de je ne sais qui à Yanik dont la réponse va sans aucun doute rentrer au Panthéon de l’excuse de merde. Je cite :

« -Tu joues pas Yanik ce soir ?

-Non je peux pas, j’ai matinée boudin demain. »

Pas la peine de commenter, la phrase se suffit à elle-même.

(La phrase d’accueil) La phrase d’accueil dans les vestiaires est à attribuée à Kiki, en pleine forme ce vendredi, qui voyant arrivé un gonze que, honnêtement, personne ne connaît, dit : « T’es qui toi ? J’te connais pas. »

(Un match de bouchers) On a vu avant que les Copains d’abord étaient plus jeunes donc plus rapide et pour notre malheur, ils étaient aussi bons techniquement, adroits et motivés. Une équipe homogène bien au-dessus de notre niveau. Faut admettre, offensivement, on a que peu existé à part sur le premier coup d’envoi magnifiquement récupéré de volée par le grand Sylvain qui a failli aller à dame après 10 secondes de jeu. Un gars d’en face m’a dit qu’ils avaient eu un peu peur de prendre cher après cette action. Peur injustifiée. Pour compenser notre infériorité globale, « on s’y est filé » comme dit Kiki. On a soulevé de la barbaque, découpé des côtes de veau, désossé des gigots de mouton, ficelé des rôtis de bœuf (J’ai trouvé ça dans « Les gestes du boucher » sur internet).

Le chef-boucher c’était le grand Sylvain, il en a retourné des quintaux. Le Doc aussi, dans des gestes très chirurgicaux à base de coups de boutoir style bouquetin. Même moi j’ai plaqué alors que j’avais arrêté depuis 2001, fermez vos gueules ceux qui disent que j’avais jamais commencé.

En tout cas, le lendemain, comme tant d’autres, j’étais tout endolori et abimé de partout, « Je suis Brody » aurait dit spider, je vous expliquerai pour ceux qui veulent comprendre.

Kiki et Boni furent également les dignes représentants de l’escalope, la vision de leurs genoux en fin de match n’avait rien à envier à une scène d’un film de TarantinO. Quant à la main de kiki, on aurait dit un pied… de cochon.

(Les actions de classe) Bien évidemment, le french flair des Sans Génie s’est invité à la soirée et nous avons pu observer des moments de grâce rugbystique.

Prenons par exemple Philippe, mais si Philippe… Phil qui joue 15 ou ailier. Il nous a gratifié d’une réception fantôme de toute beauté. Coup de pied dans l’axe profond de son aile mais Phil, comme il aime pas réceptionner, il attend le rebond, et comme il aime pas non plus réceptionner après le rebond, il attend le deuxième rebond. Comme l’adversaire ne rechigne pas à réceptionner, lui, il n’attend pas le troisième rebond et s’empare de la gonfle pour aller presque marquer. Phil ne réceptionne pas, non, il ramasse les ballons arrêtés au sol sinon ça le gave.

Prenons aussi cette inspiration géniale de moi-même, réclamée par Boni d’ailleurs, sur un coup de pied par-dessus le premier rideau défensif dans notre camp. Je dose une merveille de coup de pied que Boni, lancé comme un frelon, réceptionne pour filer à toute berzingue vers l’en-but adverse. C’était sans compter sur la défense vigoureuse de l’adversaire. Il s’est planté comme une merde dans le sol abrasif, les deux genoux en tête et est sorti, claudiquant et sanguinolant après avoir perdu une bonne partie de son volume de sang.

Et enfin, prenons cette action magnifique de Kiki qui avait choisi ce match pour effectuer son retour : sur une action des Copains d’abord qui créent un regroupement dans nos 22m, on se dispute gentiment le ballon au sol, avec Mickey qui tentait d’ailleurs de tordre quelques doigts quand Philou notre excellent mais soupe au lait arbitre du soir signifie clairement « Ruck rouge ! », ce qui signifie pour les ignares qu’on ne joue plus le ballon. Kiki se place alors dans l’axe, 3 mètres en retrait et dit à Mickey « Pousse-toi ». Mickey s’exécute. Et là, il se lance et vient enclausquer le pauvre relayeur rouge qui n’attendra plus que le jour pour mourir, comme la chèvre de monsieur Seguin.

(La conclusion)

Au final on a perdu 4-1. Et vue la différence de niveau, on aurait dû prendre davantage si on ne s’était pas autant employés malgré ce que peuvent dire certaines mauvaises langues qui pouvaient pas jouer à cause d’une matinée boudin, enfin j’me comprends.

C’était trop dur pour nos vieux corps mais on s’est bien amusés et je veux bien recommencer contre des très vieux, très mauvais et uniquement à toucher.

Merci aux Copains pour leur accueil, avec un petit bémol : 8 gaziers de chez nous qui s’étaient inscrits au repas et qui ne sont pas venus (dont moi, mea culpa), ça la fout mal.

Merci à tous, merci Kiki pour ce retour tonitruant et merci Dumoul’ pour tes actions défensives de talent qui n’ont d’autres conséquences que d’ouvrir des portes béantes aux attaquants : y en a deux ou trois d’en face qui se sont pris pour Moïse.

A bientôt.

La bisette.

Messire

Horaires d'entrainement

Tous les vendredi de 20h à 22h
Suivi d'un repas organisé par les joueurs à tour de rôle
PAF : 5€

Licence

Le prix est fixé à 150€ l'année incluant la première bière gratuite après l'entraînement.
(short et chaussette du club)

RDV le 25/01/2019 à 19h !!!

Inscription Newsletter

Les photos du repas "Les vieux de la veille" 2015

Matchs - Evènements

Connectez-vous sur Sporteasy !

Créez votre compte pour recevoir vos convocations et échanger...

Panier

vide