Vous êtes ici : AccueilActivitésComptes-rendus de matchs10/02/2017 - OSGL Rugby - SGO 1 - 2 LES TONTONS DROPPERS

Un sans génie...

img_0395_2013-02-04.jpg

Les nouveautés

10/02/2017 - OSGL Rugby - SGO 1 - 2 LES TONTONS DROPPERS

Ce compte-rendu débutera par un hommage. Hommage mérité à Pierre. Il était venu pour voir le Matmut Stadium, jouer un peu et repartir au ski dans la foulée. Les sacs étaient ficelés dans le coffre, il s'était entraîné à monter les chaînes sur le Scénic, il était prêt Pierrot. Du coup, il est venu, il a vu le Matmut Stadium, il a joué et il est resté à l'hosto. Fractures multiples des os multiples de la jambe et du pied, 6 semaines de plâtre, 24 mois de broches, 2500 mois de rééducation. Si on voit le positif, Pierre, tu termines ta carrière sur un essai et tu intègres le clan des estropiés des Sans Génies.

Au moins, c'est sûr, tu nous feras moins chier avec tes courses fofolles de 60m à l'entraînement.

Pour en revenir au contexte, c'était un match particulier. On avait fait le plein de joueurs car cette rencontre exceptionnelle se tenait au Matmut Stadium de Vénissieux, rue d'Oradour-sur-Glane. Pierre, le nom de la rue aurait dû t'inciter à la méfiance.

Et oui, Jenkins, grâce à son influence, ses nombreux contacts et sa ténacité hors du commun, a réussi à nous faire jouer dans ce temple du haut niveau. On s'est sentis professionnels. Oh ! Pas longtemps,jusqu’à ce que sedéroule la première action. On s'est tous un peu dit : "Si j'avais voulu, peut-être, moi aussi j'aurais pu tutoyer le haut niveau." Enfin, pas tous, Dumoul', lui, il a insulté le haut niveau, et le haut niveau le lui a bien rendu. Mais à part Dumoul', on s'est tous dit ça, on aurait bien vu nos bobines au-dessus de chaque box, parce que merde, on a été bons à un moment donné. Ah mais j’y pense ! Y en a un qui a tutoyé le haut niveau... Mais oui, évidemment, Steph WELLER, le baron ! Pour nuancer, dans son cas, c'est plutôt le haut niveau qui l'a tutoyé. Le haut niveau l'a regardé droit dans les yeux et lui a dit : "Steph, mon petit, en tant que haut niveau, tu sais, mon poulet, y a plusieurs facteurs pour m'intégrer. Il faut du talent, c'est sûr. Tu l'as le talent, c'est bien mon chouchou. Et pis, aussi, ma colombe, il faut de l'abnégation et un mental d'acier. Ça, tu les as, l'abnégation et le mental, ça c'est bon. Mais aussi, mon sucre d'orge, mon p'tit Steph, il faut travailler, beaucoup travailler. Ça, mon canard, tu travailles, oh que tu travailles ! Mais enfin, et surtout, ma petite caille, il faut un physique... Ca... Ca le physique, c'est important tu sais. Tu voudrais pas demander à tes parents de te refaire ? Non ? Y a un léger défaut de conception non ? Donc, Steph, mon p'tit chat, ça va pas être possible, enfin, pas longtemps. Tu vas venir me voir, tu vas me tutoyer un petit moment et puis je vais te péter les deux genoux et tu vas repartir. Et je te ferai même chier quand tu voudras jouer au Matmut Stadium au crépuscule de ta quarantaine flamboyante parce qu'on ne me tutoie pas impunément quand on a le physique de Ticky Holgado, d'accord ?"

Du coup, Steph n'a pas joué et Pierre ne jouera plus. Deux drames pour un événement qui se voulait heureux. C'est moche la vie parfois.

Alors ce Matmut stadium, ce n'est pas le Maracanã mais ça fait son petit effet. Le public était venu autant pour voir le stade que pour nous voir nous. Et j'ai compté, oui, j'ai compté 19 spectateurs dans les tribunes qui peuvent en contenir 11000. Faible taux de remplissage selon les organisateurs. En fait, il y avait 17 spectateurs selon la police car le Doc et Dédé s'étaient habilement glissés parmi le public dans la tribune présidentielle.

Si on doit parler du match, hormis l'essai de Pierre qui se terminera en hachis parmentier, on n'a pas marqué. Comme quoi pour planter un essai aux Tontons Droppers, il fallait faire un sacrifice.

Ils étaient pas mal les Tontons, bien plus agressifs que nous, bien organisés et avec des bons joueurs aux postes-clé. Un bon 9, un bon 10, le reste c'est pour décorer. Alors que nous en 9, on met Dumoul'. Les mecs, faut revoir la stratégie globale du groupe, on peut laisser les bonnes œuvres pour Noël ou pour les pèlerinages, merde ! En 10, ça va, je trouve de façon objective qu’on est très très bons, surtout depuis la blessure du baron mais en 9… Manquerait plus que Mickey revienne et y a plus qu’à dissoudre la section.

La première partie du match qu’on avait décidé de jouer sous forme de triangulaire à 2 angles car on avait tellement de joueurs qu’on avait quasiment fait 2 équipes mais c’était un peu foireux parce qu’on avait surtout des trois-quarts ; la première partie du match disais-je sera à l’avantage net des Tontons qui nous plantent 2 essais. Me souviens pas des essais, ce n’est pas ça l’important.

L’important, ce sont les actions de classe. Il y en eut bien évidemment quelques-unes à notre crédit. On aura tous remarqué la prestation sans tâche de Richard DOUSSAIN : une copie claire comme de l’eau de roche, il n’a pas trouvé une touche quand il fallait les trouver et il a trouvé toutes les touches quand il ne le fallait pas. Richard, tu étais nominé pour la blue-cow et tu ne dois ton salut qu’à la grande fatigue du demi-président Lionel.

Autre action de classe, l’arbitrage de David et Raymond : ce ne fut pas une action à proprement parler mais un bloc d’actions arbitrées sans trembler et sans entendre ni écouter le moindre mot de contestation des Tontons Droppers qui se sont fait enfler sur la durée. En effet, David et Raymond se sont déplacés la plupart du temps avec le bras tendu dans notre direction en prévision de la pénalité qu’ils allaient de toute façon nous accorder.

La deuxième partie du match fut plus équilibrée car on s’était pris une remontée de bretelles de coach-Kiki, 6ème mois de grossesse si on en juge à la taille de sa biasse (d’après nos infos, le rejeton serait un énorme pépito), et qui nous a menacés. Menacés de faire des entraînements chiants. Merci Kiki, on t’a pas attendu, derrière on est entraînés par WELLER ou BRISTOL : le dernier exercice qu’on a fait, Spider a frôlé la rupture d’anévrisme. Mais Kiki nous a menacés quand même en disant que si on continuait la même merde et que, je cite, « vous continuez à jouer comme des PD », on ferait des entraînements à thème : plaquage et physique. Du coup on a mieux joué mais pas assez mieux pour Kiki qui maugréait dans sa barbe qu’on allait voir vendredi, tout en rêvant intérieurement à l’énorme paquet de granola qui l’attendait dans le placard de la cuisine.

Pas d’essai en deuxième partie mais quelques actions de classe comme toujours :

-Commençons par celle de Dumoul’. Dumoul’, si tu l’oublies, lui, il t’oublie pas et il fait une merde pour te rappeler qu’il est là. Alors : regroupement avec ballon à notre avantage, Dumoul’ est au cul mais s’aperçoit que nous perdons le ballon alors il dit « perdu ! »  et sent, tel le Beagle sur une chasse à courre, que l’adversaire va taper par-dessus. Bingo ! L’adversaire tape par-dessus, pile dans les bras de Dumoul’ qui s’était placé exactement au bon endroit. Il récupère le ballon sous l’étonnement de l’assistance car il ne commet pas d’en-avant et entame une relance qu’on savait pourtant condamnée à l’échec vue la gueule de ses jambes de vieille. Mais, mesdames et messieurs, le génie créatif de Dumoul’, c’est que, si on sait qu’il va faire une merde, on ne sait jamais exactement à quel moment, et il nous surprend à chaque fois : parce que l’en-avant qu’on l’imaginait faire sur la réception ou sur le contact avec l’adversaire, il le fait entre les deux. C’est-à-dire, tout seul, sans raison, il chie le ballon qui s’en va rebondir devant lui alors qu’il n’était pas plaqué. P’tain Dumoul’, en fait, si ça se trouve tu as une myopathie ou un truc neurologique…

-Terminons par l’arbitrage de Philou. Philou, il est beaucoup moins hermétique que David et Raymond aux remarques des joueurs, du banc de touche, du public et même des gens qui circulaient sur le périph. Philou, il est un peu susceptible voyez. Donc, Philou, il s’est énervé une fois, deux fois, trois fois et puis à la quatrième, on a cru qu’il allait cirer le gonze des Tontons Droppers sur la touche et toute la première ligne réunie et il a arrêté le match. Philou, en gros, faut pas le faire chier, c’est pourtant simple à comprendre.

Bon ben voilà. J’ai à peu près tout dit. Peut-être un dernier mot pour Tomate, qui vient une fois par semestre mais qu’on est toujours content de voir. Un autre pour Richard, le demi-président, qui n’a pas joué. Quoi ? Il a joué ? Ah… Et enfin, bien sûr, un énorme remerciement à Jenkins pour ce moment rugbystique de choix, qui nous fera même oublier sa course éperdue balle en main vers notre propre en-but.

Merci Jenkins, merci Chocho pour le resto (enfin au Big, après rectification). Merci à tous.

Messire

Horaires d'entrainement

Tous les vendredi de 20h à 22h
Suivi d'un repas organisé par les joueurs à tour de rôle
PAF : 5€

Licence

Le prix est fixé à 150€ l'année incluant la première bière gratuite après l'entraînement.
(short et chaussette du club)

RDV le 25/01/2019 à 19h !!!

Inscription Newsletter

Les photos du repas "Les vieux de la veille" 2015

Matchs - Evènements

Connectez-vous sur Sporteasy !

Créez votre compte pour recevoir vos convocations et échanger...

Panier

vide