Vous êtes ici : AccueilActivitésComptes-rendus de matchs18/11/16 - OSGL Rugby - SGO 1 - 1 MADE IN GIVORS

Un sans génie...

img_0381.jpg

Les nouveautés

18/11/16 - OSGL Rugby - SGO 1 - 1 MADE IN GIVORS

Le rugby est un sport inégalitaire. Un reflet de la vie, à la fois beau et cruel.

Inégalitaire d’un point de vue physique, je ne parle pas des molosses du top 14, je parle de nous. Regardez, par exemple, la fine différence qui existe entre Sloggy et Yo. Hein ? C’est pas très égal ça, physiquement.

Mais c’est aussi inégalitaire selon le poste occupé. Il n’est pas question de refaire l’éternel et amusant débat sur la rivalité avants/trois-quarts mais simplement et objectivement de regarder ce qui est attendu à chaque poste.

Y a-t-il égalité entre un seconde ligne et un 9 ? Franchement, l’attente n’est pas la même. C’est une question de choix. Quels sont les choix que doit faire le seconde ligne dans un match ? : « Vais-je mettre la bouffe au talonneur d’en face la main tournée vers le haut ou sur le côté ? » En mêlée, pas de choix, je pousse ; en touche, pas de choix, je saute haut. Dans le jeu parfois, le choix de péter dans la gueule de l’adversaire ou de lui péter dans les genoux.

Le 9, il en a beaucoup plus : garder le ballon devant ou envoyer à son 10, faire partir son 8 ou partir lui-même au ras, taper par-dessus loin ou près.

Et au sein-même de la ligne de trois-quarts : comparez un 10 et un centre. Hein ? Quand je suis 10, j’ai au bas mot 5 à 6 choix possibles à chaque ballon : attaquer la ligne, faire rejouer un gros à l’intérieur ou au ras à l’extérieur, ouvrir classique, ouvrir en sautant le premier centre, taper par-dessus etc… etc… Alors qu’un centre, il a moins de choix à faire. Il peut aller péter dans la gueule du mec en face ou fixer-donner. C’est plus restreint. De là à dire qu’il y a des postes où on réfléchit et des postes où on ne réfléchit pas, il y a un pas que je ne me risquerai pas à franchir car j’ai vu d’excellents 10, cons comme la lune et des centres extrêmement intelligents absolument nuls. Enfin voilà quoi, tout cela n’est pas très égal.

Mais pourquoi ce long préambule ? Et bien, les présents savent où je veux en venir mais les absents, qu’est-ce qu’ils doivent comprendre les absents ? Ils doivent comprendre que nous avions fait le choix de la finesse en plaçant deux centres au gabarit inégalitaire. Les biens nommés Mick, 115kg et le célébrissime Yo, poids estimé à bien plus de 115kg. Je vous dis pas la gueule des centres d’en face quand ils ont vu débarquer les deux mastards et qu’ils ont compris que, si si, ils n’étaient pas seconde ligne mais centres. Ils se sont dits que la soirée allait être longue.

Mick a opté pour un jeu simple, défense rrrrrrrugueuse sur l’homme, attaque sans crochets intempestifs, il a profité de son gabarit inégalitaire. Mais Yo… Oui Yo, ben Yo il s’est mis à gamberger Yo. Et v’là ti pas qu’il a failli nous faire un AVC en plein match à cause d’un temps de réflexion éternellement long sur une action que je vais me faire le plaisir de vous décrire :

C’était lors de notre deuxième match contre Ternay. A 15m de la ligne d’en-but, notre 9 du soir, Richard, dit Robert (l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux), dit Bristol, décide d’ouvrir et moi aussi. J’ouvre au large parce que, ce n’est pas faire insulte à Ternay que de dire qu’ils n’étaient pas flamboyants derrière. Ça passait tranquillou à peu près partout. Donc, j’ouvre au large sur Philippe je crois, qui lui-même transmet à Yo. Et c’est là, mesdames et messieurs, que le Yo, i s’met à gamberger le Yo. A sa droite, y avait Kiki, la bave aux lèvres. En face, un arrière ternaysien qui devait bien peser, le pauvre, 40kg de moins que Yo. Donc, 2 solutions pour Yo, aller droit, lui péter dans la gueule, lui marcher dessus et marquer ou aller droit, le fixer et donner à Kiki qui aurait pu aller marquer en marchant mais qui n’en aurait rien fait et aurait repiqué intérieur pour aller péter dans la gueule du centre et ensuite marquer. Bon… Et qu’est-ce qu’il fait pas Yo ? Ben il fait rien, ni l’un ni l’autre, il va droit, puis temporise, puis s’arrête, puis fixe en s’approchant de Kiki puis reprend l’axe puis tombe à moitié et adresse à Kiki une « passe », enfin un ballon à la con qui s’écrase mollement au sol mettant Kiki sur le reculoir. Bref, une grosse merde. Yo ! Tu penses à ceux qui n’ont pas ton gabarit et qui rêveraient de jouer centre ! Tu penses à Yves, quand il voit ça… Tu penses à nous bordel ! Tu penses à moi ! Si j’avais ton gabarit, je me ferais pas chier à choisir, ce serait boucherie ovalie garantie.

Il n’y a pas eu que ça. Il y a aussi eu ce moment où Yo reçoit le ballon et entame un numéro digne de Pinder des grandes heures : jonglerie sur 10m pour essayer de maîtriser cette balle trop petite pour ses menottes calleuses. Il y eut aussi cette 4-4 annoncée par les gros et qui amena Yo, frustré, à se lancer depuis sa ligne pour arriver comme un avion dans le pack adverse, laissant nos gros (moins que lui tout de même) médusés. Et il y eut cette ultime accélération sur une combinaison derrière (une militaire 1, pour les aficionados), accélération qui fut fatale à ce gros corps malade, aïe ! Contracture, on ne sait quoi… Alors que je me dirigeais vers lui sans le trouver pour lui expliquer quel devait être son placement sur la combinaison, quelqu’un me signifia qu’il était sorti. Bravo Yo ! Un match plein, la Blue Cow était acquise.

Quoi d’autre à signaler ? La sortie prématurée de Dumoul sur blessure, ce qui explique son faible nombre d’en-avants (17). Une petite chose rigolote quand même : lors du premier match contre Givors, j’étais sur la touche avec Spider qui me dit :

« - Dis-donc, c’est Mick qui vient de se faire retourner comme ça ? La vache ! Ça plaque fort en face !

  1. : - Mais non, c’est Dumoul’.
  2. : -Ah oui, je comprends mieux. »

Quelques hommes dans le match :

Zozio. Un jour avec. Au charbon, percutant, intercalé derrière (décisif sur un essai contre Ternay) et le genou qui a tenu. Gros match.

Philou. Bon arbitrage, comme d’habitude et qui monte dans les tours aussi vite qu’un V12 suralimenté. Pétage de plomb de toute beauté, j’ai cru qu’il allait cirer le 8 de devant de Givors à lui tout seul. Je ne sais plus qui a dit, je crois que c’est Spider, « En plus d’être incompétent, il est soupe au lait. » Philou, merci encore de nous avoir arbitré, tu es mon idole.

Spider qui, pour la première fois de sa vie, sort du terrain sans avoir mal.

Boni, qui court vite mais avec la tête qui lui touche le cul, Boni, va falloir recommencer le gainage.

Autre petite anecdote. Lors du match contre Givors, j’explique à mes trois-quarts qu’on défend à l’épaule intérieur de l’attaquant d’en face. Interdit de se faire prendre à l’intérieur donc, on les pousse sur l’extérieur. Ce qu’on fait bien jusqu’à cette action des givordins lors de laquelle une gazelle prend l’intérieur non pas à 1, ni même à 2 mais à 4 joueurs de chez nous pour aller marquer. Et merde…

Au niveau comptable, 1-1 contre Givors. Belle équipe en face et beau match, très engagé avec beaucoup de jeu des 2 côtés. On bat Ternay 4-0, ils étaient un cran en-dessous et ont aussi pris une valise contre les givordins je crois.

Ca fait plaisir d’avoir revu d’anciennes gloires comme Jean-Marc Blanchet qui nous a arbitré une bonne partie du temps.

On a bien mangé, merci Yanik, on a bien bu, merci Ricard.

On remet ça vendredi contre Rillieux ? OK, j’y serai.

Bises à tous.

Messire

Horaires d'entrainement

Tous les vendredi de 20h à 22h
Suivi d'un repas organisé par les joueurs à tour de rôle
PAF : 5€

Licence

Le prix est fixé à 150€ l'année incluant la première bière gratuite après l'entraînement.
(short et chaussette du club)

RDV le 25/01/2019 à 19h !!!

Inscription Newsletter

Les photos du repas "Les vieux de la veille" 2015

Matchs - Evènements

Connectez-vous sur Sporteasy !

Créez votre compte pour recevoir vos convocations et échanger...

Panier

vide